Tags: , , , , , ,

By Kevin Thome de Souza

-Scroll Down for the French Version-

Learning a new language is never easy, especially one you cannot even actually speak it, such as code. Getting familiar with it requires a great deal of patience and motivation, two qualities many people lack when trying to figure out intricate lines of code on their own. Hopefully, Le Wagon is here to help. It is the first company to offer Dev Bootcamp in France. The intensive program will transform any beginner in an expert coder in as little as 9 weeks. It will definitely not be a restful but Le Wagon is determined to make this transition as smoothly as possible thanks a learning process that favors action and social interactions. We asked Boris Paillard, co-founder of Le Wagon, a few questions about his program, the importance of code and the end of the lonely coder cliché.

Let’s say I’m coming straight from the 19th Century, what is code and why should I learn it?

Code is a grammar, a vocabulary, and a logic used to dialogue with a computer and to make it execute commands. Each computer language has its own syntax and specificities (Ruby, Python, C++, Javascript). They all share the same logic and common principles. That’s what « code » is.

Knowing how to code is knowing how to control a computer, the most powerful tool ever created since the invention of the automobile in the 19th Century, where you’re from. It is essential. Whether you want to create a website, extract data from the web and be able to analyse it, build tools and services to expand your business or to contribute to the success of your company. Once you know how to code, you will no longer be a passive spectator but an actor in your own rights who actually knows what’s going on.

Who are the programs offered by Le Wagon intended for?

They are for social profiles, resilient and extremely willing to acquire these skills. The Première Classe program is very demanding and requires a team energy (hence the social aspect) as well as a heavy load of personal work (hence the motivation).

Are we heading towards a society where coding skills will be a requirement for employers?

Recently created companies or startups have understood this new order and the « power » of the code, whether they want to transform their product or perform growth hacking. The profiles combining technique with another skill (graphic design, business, marketing) are more and more valued by these companies. It is only a matter of time before « old » industries reach the same understanding.

The model of the Dev Bootcamp proposed by Le Wagon comes from the United States. How did you adapt it to France? Is there any specificities in the learning process particular to France?

The mentalities between the Silicon Valley and France are sensibly different. The importance given to diplomas in France was an issue. In the USA, experience prevails. The degrees are always the first thing you find on a French resume. Fortunately, we had the chance to have candidates that were motivated by what they were going to learn rather than by a piece of paper they would get after their program.
The other aspect is that you will find 15 guys learning code in any coffee shop of the Bay area. They never wonder why they want to learn coding. They know it’s essential and they go for it. In France, the recruitment of our class was a bit more complicated since the market is still green. People kept asking us « what are your profiles? », « what do they want to do after Le Wagon? » France, the country where the « why » prevails. There is no fundamental differences in the learning process. Since code is pure logic and technique, it remains the same on either side of the ocean.

Le Wagon seems to be far from the traditional cliché of the lonely coder. For one thing, there are more girls…

We attach a great deal of importance to break the image of the lonely developer, stuck behind his screen, writing lines of code like a machine. Websites like Github have greatly promoted open source materials and coding has become one of the most social activities of our era! Coding can also develop creativity. It is a great tool to invent new usages or new products. We’d like people to understand that one does not become a developer by going to an engineering school. Passion and logic are the sole keys to become a developer. A lot of developers are actually self-taught.
We are probably the only school in France where the headteachers are the same age than the students. We understand the needs of our generation, especially that nobody wants to get stuck in boring lectures but learn actively instead.
We are indeed very proud to count women amongst our students. It is a field that cruelly suffers from a lack of feminine profiles.

To which extent is the learning process of code similar to one of a proper language?

The first point is that programming languages are more and more literal (like Ruby) so a line of code can be as explicit as a line of English. There is a natural parallel in the learning process. As with any languages the best way to learn is complete immersion, that’s why we created the Première Classe program, 9 weeks, full time, so our recruits can completely immerse themselves in code. Remember the text commentary exercise in high school. This type of assignment exists for a reason. They make you absorb structures and develop your critical eye. Similarly, it is very useful for a young coder to comment code, to understand its structures so he can offer another, more efficient or more elegant way to write it.

Generative art or data visualisations, the code is at the core of many digital artworks. Do you consider, besides the classes about data visualisations, to further invest this territory?

Completely! We are trying to put together modules focused on hardware. Arduino, Rasperry Pi, Kinect are as many exciting tools to use to boost creativity. We recently met with the creator of aaaseed who besides making incredible things, loves talking about it. There are a lot of open source frameworks we’d like to initiate our students to.

Speaking of which, if I want to get started, which language should I learn first?

The possibilities are humongous no matter the language. At the Wagon, we chose Ruby for different reasons. It is a very literal language with a very light syntax so you can learn the structures and basic logic without getting angry because you forgot a semi-colon or a brace. It is actually the teaching language at American universities like Berkeley or Stanford. The Ruby community is also of great quality, which is very useful to get clear answers to your questions. Especially since you will have so many of them when you first start…

The other reason we pieced Ruby is because of a Framework called «Rails » (« Ruby on Rails »), a very powerful tool to quickly create clean and strong web applications. This language is currently blowing up in California, it is being used by more and more tech startups over there. And it is now coming to France: profiles with such skills are already more valued.

Le Wagon, next “Première Classe” intensive program starting in April 2014
VERSION FRANCAISE

Apprendre un nouveau langage n’est pas chose facile, surtout quand vous ne pouvez même pas le parler, comme le code. Se familiariser avec ce dernier demande une bonne de patience et de motivation, deux qualités difficiles à avoir quand on essaye désespérément de comprendre des lignes de code seul derrière son ordi. Heureusement, Le Wagon est là pour vous aider. Créateur du premier Dev Bootcamp en France, Le Wagon propose un programme intensif de formation au code qui transformera n’importe quel débutant en un développeur aguerri en seulement 9 semaines. Ce ne sera certainement pas de tout repos mais Le Wagon et son équipe sont déterminés à faire en sorte que la transition soit aussi douce que possible grâce à un apprentissage actif qui privilégie les interactions sociales. Nous avons rencontré Boris Paillars, co-fondateur du Wagon, pour lui poser quelques questions sur cette formation, l’importance du code et savoir si le cliché du codeur solitaire était bel et bien légitime.

Admettons que je débarque du 19ème siècle, qu’est ce que le code et pourquoi est-ce que je devrais l’apprendre ?

 Le code, c’est une grammaire, un vocabulaire, et une logique pour dialoguer avec un ordinateur et lui faire exécuter des tâches. Chaque langage informatique a sa syntaxe et ses spécificités (ruby, python, C++, javascript..). Tous partagent la même logique, des principes communs. C’est ça le « code ». Savoir coder, c’est savoir piloter un ordinateur, c’est-à-dire l’outil le plus influent sur le monde depuis l’invention de l’automobile au 19ème siècle d’où tu débarques justement ! C’est essentiel. Que ce soit pour créer un site, savoir extraire de la donnée du web et être capable de l’analyser, bâtir des outils et des services pour étendre son business ou au service de sa boîte. C’est important d’apprendre à coder pour ne plus être spectateur passif mais acteur à part entière de ce qui se passe.

A qui s’adresse les formations proposées par Le Wagon ?

A des profils sociables, résistants, et surtout extrêmement motivés pour acquérir ces compétences. Le programme Première classe est très exigeant et demande une énergie de groupe (d’où l’aspect social) en même temps qu’une grosse capacité de travail personnel (d’où la motivation).

Est ce qu’on se dirige (ou sommes nous déjà) dans une société où la connaissance du code est un prérequis pour les employeurs ?

Les sociétés récentes ou les startup ont compris cette nouvelle donne et le « pouvoir » du code, que ce soit pour faire évoluer leur produit ou faire du growth hacking. Les profils ayant un profil associant le technique à une autre compétence (graphisme, business, marketing) sont de plus en plus valorisés par ces entreprises. Les « vieilles industries » ne tarderont pas à suivre ☺

Le modèle du dev bootcamp proposé par le Wagon vient des Etats Unis. Comment avez vous du l’adapter à la France, quelles sont les spécificités de notre pays sur l’apprentissage du code ?

Les mentalités sont sensiblement différentes entre la silicon valley et la France ça on peut le confirmer. L’importance accordée au diplôme en France nous a posé problème. Aux Etats-Unis c’est l’expérience qui prime. En France le diplôme c’est la première chose qu’on met sur un cv. Heureusement on a eu la chance d’avoir des candidats qui étaient plus motivés par ce qu’ils allaient apprendre que par un bout de papier qu’on leur donnerait en sortant du Wagon.

Autre point, vous trouvez 15 larrons en train d’apprendre le code dans chaque coffee de san francisco. Les gens ne se demandent pas « pourquoi ils veulent apprendre le code ». Ils ont compris que c’était essentiel et foncent. En France, le recrutement de la promo a été un peu plus compliqué puisque le marché n’est pas encore aussi mûr. On nous demandait tout le temps « quels sont vos profils ? » « qu’est-ce qu’ils veulent faire après le wagon ?». La France, où le pays du pourquoi. Sur l’apprentissage en particulier il n’y a pas de différences fondamentales, le code c’est de la logique et de la technique et ça, ça ne change pas d’un côté de l’océan à l’autre.

L’univers du Wagon est a l’opposée du codeur tel qu’on l’imagine habituellement. .. Il y a plus de filles pour commencer…

On attache beaucoup d’importance au fait de casser l’image du développeur solitaire planté sur une chaise et exécutant des lignes de codes comme une machine. Avec des service comme Github qui ont propulsé l’open-source, coder est devenu une des pratiques les plus sociales de notre époque ! Tout se commente et se partage. Le code permet aussi d’exacerber la créativité, c’est un outil génial pour inventer des nouveaux usages, des nouveaux produits. On voudrait que les gens comprennent qu’on ne devient pas forcément développeur en passant par une école d’ingénieur. On devient développeur en étant passionné et logique. Beaucoup de développeurs se sont formés eux-mêmes.

Concernant notre philosophie on est probablement la seule école de France dont les « directeurs » ont le même âge que les élèves. On comprend les besoins de notre génération qui ne veut plus se faire biberonner via des cours magistraux ennuyeux par exemple. On a envie de faire et d’apprendre en faisant. Et on est aussi très fier d’avoir des filles effectivement, c’est un milieu qui manque terriblement de profils féminins.

A quel point est ce que le code s’apparente à un langage dans son apprentissage ? 

Le premier point, c’est que les langages de programmation sont de plus en plus littéraux (à l’image de ruby) et une ligne de code devient vite aussi explicite qu’une ligne d’anglais. Le parallèle dans l’apprentissage se fait donc assez naturellement. Ensuite parce que comme pour n’importe quelle langue, la meilleure façon d’apprendre c’est l’immersion. Je n’ai jamais aussi bien appris l’anglais qu’en bossant 6 mois à Hong Kong avec une boss irlandaise. C’est pareil pour les langages de programmation, c’est pour ca qu’on a monté le programme Première classe de 9 semaines à temps plein. Pour que nos recrues puissent s’immerger complètement. Enfin, rappelez vous des épreuves de commentaire de texte au bac. Ces épreuves ne sont pas là par hasard, elles permettent d’assimiler des structures et de développer un regard critique sur un texte en français. De la même façon, il est très utile pour un apprenti codeur de commenter du code, pour comprendre ses structures et pour développer son esprit critique sur d’autre façon de faire, sur la façon la plus élégante, la plus rapide, la plus concise.

Le code joue un rôle primordial dans de nombreuses oeuvres d’art digital, qu’il s’agisse des data visualisations ou de l’art génératif. Envisagez vous, outre les cours lié aux datavisualisation, d’investir plus encore ce territoire ?

Clairement ! on est en train de mettre en place des modules très axés hardware. Les arduino, les rasperry pi, les kinect, c’est autant d’outils passionnants à utiliser pour booster la créativité. On a récemment rencontré le concepteur de aaaseed qui, en plus de faire des choses incroyables adore parler de son bébé. Il y a plein de frameworks en open source auxquels on aimerait initier nos élèves.

D’ailleurs, si je veux m’y mettre, je commence avec quel langage ? 

Le champ des possibles est énorme quelque soit le langage. Au wagon, on a choisi ruby pour plusieurs raisons. C’est un langage très littéral et très léger niveau syntaxe. Du coup, un très bon candidat pour apprendre les structures et logique de base (qui sont les mêmes pour tous les langages) sans s’énerver sur un oubli de point-virgule ou d’accolade… C’est d’ailleurs le langage pédagogique utilisé dans les universités américaines comme Berkeley ou Stanford. Autre point, la communauté Ruby est de très grande qualité. Y rentrer c’est avoir la chance de trouver des réponses claires à ses questions, et des questions il y en a beaucoup au début. Ensuite parce qu’il existe un Framework qui s’appelle Rails (on dit Ruby on Rails) et que ce Framework est un outil très puissant pour faire rapidement des appli web propre et solides. C’est aussi le langage qui explose en Californie, et qui est de plus en plus utilisé par les grosses startups tech là-bas. En France, ça arrive ! mais les rubyistes sont d’ores et déjà des profils très valorisés.

Le Wagon, prochaine formation intensive “Première Classe” en avril 2014.

Tags: , , , , , ,

By Kevin Thome de Souza

-Scroll Down for the French Version-

Learning a new language is never easy, especially one you cannot even actually speak it, such as code. Getting familiar with it requires a great deal of patience and motivation, two qualities many people lack when trying to figure out intricate lines of code on their own. Hopefully, Le Wagon is here to help. It is the first company to offer Dev Bootcamp in France. The intensive program will transform any beginner in an expert coder in as little as 9 weeks. It will definitely not be a restful but Le Wagon is determined to make this transition as smoothly as possible thanks a learning process that favors action and social interactions. We asked Boris Paillard, co-founder of Le Wagon, a few questions about his program, the importance of code and the end of the lonely coder cliché.

Let’s say I’m coming straight from the 19th Century, what is code and why should I learn it?

Code is a grammar, a vocabulary, and a logic used to dialogue with a computer and to make it execute commands. Each computer language has its own syntax and specificities (Ruby, Python, C++, Javascript). They all share the same logic and common principles. That’s what « code » is.

Knowing how to code is knowing how to control a computer, the most powerful tool ever created since the invention of the automobile in the 19th Century, where you’re from. It is essential. Whether you want to create a website, extract data from the web and be able to analyse it, build tools and services to expand your business or to contribute to the success of your company. Once you know how to code, you will no longer be a passive spectator but an actor in your own rights who actually knows what’s going on.

Who are the programs offered by Le Wagon intended for?

They are for social profiles, resilient and extremely willing to acquire these skills. The Première Classe program is very demanding and requires a team energy (hence the social aspect) as well as a heavy load of personal work (hence the motivation).

Are we heading towards a society where coding skills will be a requirement for employers?

Recently created companies or startups have understood this new order and the « power » of the code, whether they want to transform their product or perform growth hacking. The profiles combining technique with another skill (graphic design, business, marketing) are more and more valued by these companies. It is only a matter of time before « old » industries reach the same understanding.

The model of the Dev Bootcamp proposed by Le Wagon comes from the United States. How did you adapt it to France? Is there any specificities in the learning process particular to France?

The mentalities between the Silicon Valley and France are sensibly different. The importance given to diplomas in France was an issue. In the USA, experience prevails. The degrees are always the first thing you find on a French resume. Fortunately, we had the chance to have candidates that were motivated by what they were going to learn rather than by a piece of paper they would get after their program.
The other aspect is that you will find 15 guys learning code in any coffee shop of the Bay area. They never wonder why they want to learn coding. They know it’s essential and they go for it. In France, the recruitment of our class was a bit more complicated since the market is still green. People kept asking us « what are your profiles? », « what do they want to do after Le Wagon? » France, the country where the « why » prevails. There is no fundamental differences in the learning process. Since code is pure logic and technique, it remains the same on either side of the ocean.

Le Wagon seems to be far from the traditional cliché of the lonely coder. For one thing, there are more girls…

We attach a great deal of importance to break the image of the lonely developer, stuck behind his screen, writing lines of code like a machine. Websites like Github have greatly promoted open source materials and coding has become one of the most social activities of our era! Coding can also develop creativity. It is a great tool to invent new usages or new products. We’d like people to understand that one does not become a developer by going to an engineering school. Passion and logic are the sole keys to become a developer. A lot of developers are actually self-taught.
We are probably the only school in France where the headteachers are the same age than the students. We understand the needs of our generation, especially that nobody wants to get stuck in boring lectures but learn actively instead.
We are indeed very proud to count women amongst our students. It is a field that cruelly suffers from a lack of feminine profiles.

To which extent is the learning process of code similar to one of a proper language?

The first point is that programming languages are more and more literal (like Ruby) so a line of code can be as explicit as a line of English. There is a natural parallel in the learning process. As with any languages the best way to learn is complete immersion, that’s why we created the Première Classe program, 9 weeks, full time, so our recruits can completely immerse themselves in code. Remember the text commentary exercise in high school. This type of assignment exists for a reason. They make you absorb structures and develop your critical eye. Similarly, it is very useful for a young coder to comment code, to understand its structures so he can offer another, more efficient or more elegant way to write it.

Generative art or data visualisations, the code is at the core of many digital artworks. Do you consider, besides the classes about data visualisations, to further invest this territory?

Completely! We are trying to put together modules focused on hardware. Arduino, Rasperry Pi, Kinect are as many exciting tools to use to boost creativity. We recently met with the creator of aaaseed who besides making incredible things, loves talking about it. There are a lot of open source frameworks we’d like to initiate our students to.

Speaking of which, if I want to get started, which language should I learn first?

The possibilities are humongous no matter the language. At the Wagon, we chose Ruby for different reasons. It is a very literal language with a very light syntax so you can learn the structures and basic logic without getting angry because you forgot a semi-colon or a brace. It is actually the teaching language at American universities like Berkeley or Stanford. The Ruby community is also of great quality, which is very useful to get clear answers to your questions. Especially since you will have so many of them when you first start…

The other reason we pieced Ruby is because of a Framework called «Rails » (« Ruby on Rails »), a very powerful tool to quickly create clean and strong web applications. This language is currently blowing up in California, it is being used by more and more tech startups over there. And it is now coming to France: profiles with such skills are already more valued.

Le Wagon, next “Première Classe” intensive program starting in April 2014
VERSION FRANCAISE

Apprendre un nouveau langage n’est pas chose facile, surtout quand vous ne pouvez même pas le parler, comme le code. Se familiariser avec ce dernier demande une bonne de patience et de motivation, deux qualités difficiles à avoir quand on essaye désespérément de comprendre des lignes de code seul derrière son ordi. Heureusement, Le Wagon est là pour vous aider. Créateur du premier Dev Bootcamp en France, Le Wagon propose un programme intensif de formation au code qui transformera n’importe quel débutant en un développeur aguerri en seulement 9 semaines. Ce ne sera certainement pas de tout repos mais Le Wagon et son équipe sont déterminés à faire en sorte que la transition soit aussi douce que possible grâce à un apprentissage actif qui privilégie les interactions sociales. Nous avons rencontré Boris Paillars, co-fondateur du Wagon, pour lui poser quelques questions sur cette formation, l’importance du code et savoir si le cliché du codeur solitaire était bel et bien légitime.

Admettons que je débarque du 19ème siècle, qu’est ce que le code et pourquoi est-ce que je devrais l’apprendre ?

 Le code, c’est une grammaire, un vocabulaire, et une logique pour dialoguer avec un ordinateur et lui faire exécuter des tâches. Chaque langage informatique a sa syntaxe et ses spécificités (ruby, python, C++, javascript..). Tous partagent la même logique, des principes communs. C’est ça le « code ». Savoir coder, c’est savoir piloter un ordinateur, c’est-à-dire l’outil le plus influent sur le monde depuis l’invention de l’automobile au 19ème siècle d’où tu débarques justement ! C’est essentiel. Que ce soit pour créer un site, savoir extraire de la donnée du web et être capable de l’analyser, bâtir des outils et des services pour étendre son business ou au service de sa boîte. C’est important d’apprendre à coder pour ne plus être spectateur passif mais acteur à part entière de ce qui se passe.

A qui s’adresse les formations proposées par Le Wagon ?

A des profils sociables, résistants, et surtout extrêmement motivés pour acquérir ces compétences. Le programme Première classe est très exigeant et demande une énergie de groupe (d’où l’aspect social) en même temps qu’une grosse capacité de travail personnel (d’où la motivation).

Est ce qu’on se dirige (ou sommes nous déjà) dans une société où la connaissance du code est un prérequis pour les employeurs ?

Les sociétés récentes ou les startup ont compris cette nouvelle donne et le « pouvoir » du code, que ce soit pour faire évoluer leur produit ou faire du growth hacking. Les profils ayant un profil associant le technique à une autre compétence (graphisme, business, marketing) sont de plus en plus valorisés par ces entreprises. Les « vieilles industries » ne tarderont pas à suivre ☺

Le modèle du dev bootcamp proposé par le Wagon vient des Etats Unis. Comment avez vous du l’adapter à la France, quelles sont les spécificités de notre pays sur l’apprentissage du code ?

Les mentalités sont sensiblement différentes entre la silicon valley et la France ça on peut le confirmer. L’importance accordée au diplôme en France nous a posé problème. Aux Etats-Unis c’est l’expérience qui prime. En France le diplôme c’est la première chose qu’on met sur un cv. Heureusement on a eu la chance d’avoir des candidats qui étaient plus motivés par ce qu’ils allaient apprendre que par un bout de papier qu’on leur donnerait en sortant du Wagon.

Autre point, vous trouvez 15 larrons en train d’apprendre le code dans chaque coffee de san francisco. Les gens ne se demandent pas « pourquoi ils veulent apprendre le code ». Ils ont compris que c’était essentiel et foncent. En France, le recrutement de la promo a été un peu plus compliqué puisque le marché n’est pas encore aussi mûr. On nous demandait tout le temps « quels sont vos profils ? » « qu’est-ce qu’ils veulent faire après le wagon ?». La France, où le pays du pourquoi. Sur l’apprentissage en particulier il n’y a pas de différences fondamentales, le code c’est de la logique et de la technique et ça, ça ne change pas d’un côté de l’océan à l’autre.

L’univers du Wagon est a l’opposée du codeur tel qu’on l’imagine habituellement. .. Il y a plus de filles pour commencer…

On attache beaucoup d’importance au fait de casser l’image du développeur solitaire planté sur une chaise et exécutant des lignes de codes comme une machine. Avec des service comme Github qui ont propulsé l’open-source, coder est devenu une des pratiques les plus sociales de notre époque ! Tout se commente et se partage. Le code permet aussi d’exacerber la créativité, c’est un outil génial pour inventer des nouveaux usages, des nouveaux produits. On voudrait que les gens comprennent qu’on ne devient pas forcément développeur en passant par une école d’ingénieur. On devient développeur en étant passionné et logique. Beaucoup de développeurs se sont formés eux-mêmes.

Concernant notre philosophie on est probablement la seule école de France dont les « directeurs » ont le même âge que les élèves. On comprend les besoins de notre génération qui ne veut plus se faire biberonner via des cours magistraux ennuyeux par exemple. On a envie de faire et d’apprendre en faisant. Et on est aussi très fier d’avoir des filles effectivement, c’est un milieu qui manque terriblement de profils féminins.

A quel point est ce que le code s’apparente à un langage dans son apprentissage ? 

Le premier point, c’est que les langages de programmation sont de plus en plus littéraux (à l’image de ruby) et une ligne de code devient vite aussi explicite qu’une ligne d’anglais. Le parallèle dans l’apprentissage se fait donc assez naturellement. Ensuite parce que comme pour n’importe quelle langue, la meilleure façon d’apprendre c’est l’immersion. Je n’ai jamais aussi bien appris l’anglais qu’en bossant 6 mois à Hong Kong avec une boss irlandaise. C’est pareil pour les langages de programmation, c’est pour ca qu’on a monté le programme Première classe de 9 semaines à temps plein. Pour que nos recrues puissent s’immerger complètement. Enfin, rappelez vous des épreuves de commentaire de texte au bac. Ces épreuves ne sont pas là par hasard, elles permettent d’assimiler des structures et de développer un regard critique sur un texte en français. De la même façon, il est très utile pour un apprenti codeur de commenter du code, pour comprendre ses structures et pour développer son esprit critique sur d’autre façon de faire, sur la façon la plus élégante, la plus rapide, la plus concise.

Le code joue un rôle primordial dans de nombreuses oeuvres d’art digital, qu’il s’agisse des data visualisations ou de l’art génératif. Envisagez vous, outre les cours lié aux datavisualisation, d’investir plus encore ce territoire ?

Clairement ! on est en train de mettre en place des modules très axés hardware. Les arduino, les rasperry pi, les kinect, c’est autant d’outils passionnants à utiliser pour booster la créativité. On a récemment rencontré le concepteur de aaaseed qui, en plus de faire des choses incroyables adore parler de son bébé. Il y a plein de frameworks en open source auxquels on aimerait initier nos élèves.

D’ailleurs, si je veux m’y mettre, je commence avec quel langage ? 

Le champ des possibles est énorme quelque soit le langage. Au wagon, on a choisi ruby pour plusieurs raisons. C’est un langage très littéral et très léger niveau syntaxe. Du coup, un très bon candidat pour apprendre les structures et logique de base (qui sont les mêmes pour tous les langages) sans s’énerver sur un oubli de point-virgule ou d’accolade… C’est d’ailleurs le langage pédagogique utilisé dans les universités américaines comme Berkeley ou Stanford. Autre point, la communauté Ruby est de très grande qualité. Y rentrer c’est avoir la chance de trouver des réponses claires à ses questions, et des questions il y en a beaucoup au début. Ensuite parce qu’il existe un Framework qui s’appelle Rails (on dit Ruby on Rails) et que ce Framework est un outil très puissant pour faire rapidement des appli web propre et solides. C’est aussi le langage qui explose en Californie, et qui est de plus en plus utilisé par les grosses startups tech là-bas. En France, ça arrive ! mais les rubyistes sont d’ores et déjà des profils très valorisés.

Le Wagon, prochaine formation intensive “Première Classe” en avril 2014.

Comments

  • No comments yet - be the first.

Leave a comment